165 fiche(s) de personnage(s) débutant par la lettre "d" sur un total de 1722 fiches de personnages.

a | b | c | d | e | f | g | h | i | j | k | l | m | n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z
Nom
Indications biographiques
 
Denis, Claude-Elisabeth (1701-?) Fils de François Denis, capitaine de frégate, et de Jeanne Jannière, il naît à La Rochelle en 1701, il est baptisé dans l'église Saint-Sauveur. Il épouse Louise-Marguerite Denis de la Ronde à Québec. (http://racinesrochelaises.free.fr/)
Denys (Denis), Nicolas (1603-1688) Il est né en 1603 à Saint-saturnin (Indre et Loire). Seigneur de la terre de Fronsac, il est marchand à La Rochelle. Il est en 1632 l'agent et le représentant de la compagnie de la Nouvelle-France. Il s'occupe du recrutement des volontaires de l'expédition d'Isaac de Razilly pour l'Acadie. Il installe une pêcherie à Port-Rossignol. Après la mort d'Isaac de Razilly, il revient à La Rochelle port depuis lequel il pratique le commerce de la morue et la traite. En 1642, il épouse Marguerite Lafitte à La Rochelle en l'église Notre-Dame (notaire Teuleron). En 1645, il reçoit une concession à Miscou où il établit un poste de traite et de pêche, activité qu'il exerce jusqu'à sa mort. Organisateur de pêcheries, négociant, entrepreneur en colonisation, il est reste connu pour son ouvrage intitulé Description géographique et historique des costes de l'Amérique septentrionale : avec l'histoire naturelle du païs. ( Brown, George W, 1966 ; d'Entremont, CL-J., 1982)
Denys de Fronsac, Richard (Vers1654-1691) Fils de Nicolas Denys et de Marguerite Lafite, Richard naît vers 1654 à Saint-Pierre du Cap-Breton. Il devient administrateur, colonisateur, négociant et entrepreneur en pêcheries. En 1671, Richard dirige les affaires de son père, alors en France, à partir de son établissement de Nipisiguit, Richard reçut les mêmes pouvoirs que son père comme gouverneur, pouvoirs qu'il conserve jusqu'à sa mort en 1691. Il épouse en 1680 une indienne Anne Parabego (Partarabego) et en 1689 Françoise Cailleteau. Richard périt en mer à l'automne 1691 à l'âge de 37 ans. (Bailey, A.G. DBC I, 1986)
Denys De La Ronde, Louis (1675-1741) Officier de marine et officier dans les troupes de la Marine, né le 2 août 1675 à Québec, inhumé le 25 mars 1741 à Québec. Louis Denys De la Ronde, accompagne, en 1697, Pierre Le Moyne d'Iberville lors de sa dernière campagne, la plus dramatique, à la baie d'Hudson ; de 1699 à 1700 et en 1701, sur la demande expresse de d'Iberville, il participe aux expéditions du Mississipi. Il reçoit son premier commandement en novembre 1701 quand d'Iberville lui confia l'Enflammé pour son voyage de retour en France. L'année suivante, en se rendant à Québec, il est blessé grièvement à l'épaule au cours d'un engagement avec un vaisseau anglais. Il est fait prisonnier par les Anglais en haute mer à deux reprises, en 1695 et en 1704. La Ronde commence à faire son service dans la colonie en 1705, lorsqu'on lui confie le commandement d'une petite frégate pour harceler les vaisseaux anglais dans les eaux de l'Acadie et de la Nouvelle-Angleterre. La connaissance qu'a La Ronde de l'Anglais et ses contacts en Nouvelle-Angleterre en fait un plénipotentiaire particulièrement utile à Vaudreuil. En 1723, par exemple, le gouverneur l'envoie à Boston par voie de terre en mission diplomatique dont le but reste obscur. Il fait aussi très bonne impression sur le successeur de Vaudreuil, Charles de Beauharnois, qui le nomme le 6 juin 1727 commandant de Chagouamigon (près d'Ashland, Wisc.), un poste clé sur la route vers l'Ouest. Bien que cette nomination lui donne le droit de s'adonner à la traite des fourrures, pour des raisons qu'on ignore, La Ronde ne quitte pas Québec immédiatement. Une nouvelle époque s'ouvre alors dans la carrière spectaculaire de Denys de La Ronde. Ayant appris des Indiens de la région et de Jacques Legardeur de Saint-Pierre que les îles du lac Supérieur étaient riches en gisements de cuivre, il se met à recueillir des échantillons et à dresser les plans d'une importante industrie. En 1732, il écrit à Beauharnois et Hocquart en leur proposant de construire deux bateaux, l'un sur le lac Supérieur et l'autre sur le lac Huron, pour transporter le minerai à Niagara (près de Youngstown, N.Y.) où il serait transbordé sur des barges pour être acheminé à Montréal. En échange, il demanda pour neuf ans la concession à titre gratuit de la traite des fourrures à Chagouamigon pour l'aider à financer l'exploitation minière. Le projet est approuvé par Maurepas en 1733. Au cours des sept années qu'il passe à entretenir l'espoir des autorités quant au succès de son entreprise, sa seule réalisation est la construction d'un vaisseau sur le lac Supérieur pouvant transporter aussi bien des fourrures et des articles de traite que du minerai. (Horton, Donald J. et Bernard Pothier, DBC III, 1974)
Dequain, Anne (1645-1734) Baptisée dans la paroisse d'Usseau, elle part en tant que fille du Roi. Elle se marie en 1669 avec François Lareau. Elle décède à la Petite-Rivière-Saint-François. (Fournier, Marcel, 2001; Larin, Robert, 1994)
Derome dit Descarreaux, Denys (1624-1692/1705) Il est né en 1624 près de Cosnes-sur-Loire (Nevers). Il vient en Nouvelle-France en 1653 et épouse Jacqueline Roulois à Beaupré en 1657. Identifié comme compagnon taillandier lors de son arrivé dans la colonie, il exerce ce métier à la basse-ville de Québec, où il s'installe en 1662. Il décède entre 1692 et 1705. Ayant un père et un grand-père tuilliers en France, il est surnommé «Descarreaux». (Paulette, Claude, 1988)
Desbordes, Mathurine (1633 vers-1698) Originaire de Marans, paroisse Saint-Etienne (née probablement vers 1633). Elle se marie en 1647 avec Pierre Guiberge. Elle s'engage en 1659 à La Rochelle et quitte la ville avec son mari et ses deux filles Jeanne et Marie, sur le navire "Le Saint-André". Elle épouse en secondes noces Pierre Bissonnet en 1660 à Montréal, puis Michel Bouvier en 1663. Elle décède à Montréal en 1698. (Raguy, Fabien, 1997 ; Fournier, Marcel, 2001)
Deschamps de Boishébert et de Raffetot, Charles (1727-1797) Fils d'Henri-Louis Deschamps de Boishébert et de Louise-Geneviève de Ramezay, il naît à Québec le 7 février 1727. Il épouse en 1760 sa cousine Charlotte-Élisabeth-Antoinette Deschamps de Boishébert et de Raffetot et ils ont un fils. Boishébert débute sa carrière militaire en se joignant à la garnison de Québec comme sous-aide-major en 1742. Quelques années plus tard, il est au commande de forces françaises qui défendent l'Acadie. En 1754, il prend le commandement du fort LaTour à la rivière Saint-Jean. En 1755, sachant que les Anglais préparent une attaque sur le fort, il décide de l'incendier au lieu de le perdre. Il est présent lors du siège de Louisbourg en 1758. Après la chute de Louisbourg, il se réfugie avec plusieurs acadiens à son poste dans la rivière Miramichi. Puis en 1759, il prend part à la bataille des plaines d'Abraham à Québec. Charles Boishébert se bat jusqu'à la chute de l'empire français d'Amérique, soit en 1760. Par la suite, il part pour la France où il meurt en 1797. (LeBlanc, P., DBC IV, 1980)
Deschamps, Jean-Baptiste-François (1646-1703) DESCHAMPS DE LA BOUTEILLERIE, JEAN-BAPTISTE-FRANÇOIS, seigneur de la Rivière-Ouelle, baptisé en 1646 à Cliponville, fils de Jean Deschamps (seigneur de Costecoste, de Montaubert et des Landres) et d'Élisabeth Debin, inhumé le 16 décembre 1703 à la Rivière-Ouelle. Son titre de La Bouteillerie vient de son aïeule paternelle, Suzanne La Bouteiller, dame de La Bouteillerie. On a cru pendant longtemps que Jean-Baptiste-François Deschamps de La Bouteillerie était arrivé en Amérique en 1665 avec le régiment de Carignan, mais il n'en est rien. Il s'embarque en juin 1671 sur le Saint-Jean-Baptiste « avec deux charpentiers, deux maçons, quatre manoeuvres pour défricher des terres que le Roy luy avait données jusqu'à la concurrence de mille arpents ». L'arrivée de ce gentilhomme plaît beaucoup à Talon qui souligne : « si des gens de cette qualité prennent aisément cette route, bientôt le Canada se remplira de personnes capables de le bien soutenir ». Le 29 octobre 1672, Deschamps de La Bouteillerie reçoit de Talon la concession de la seigneurie de la Rivière-Ouelle. Il s'y rend peu de temps après avec quelques colons qui, en 1681, forment 11 familles totalisant 62 âmes, et qui ont déjà mis 132 arpents de terre en valeur. À part quelques voyages à Québec, Deschamps de La Bouteillerie passe sa vie à la Rivière-Ouelle parmi ses censitaires qui augmentent lentement en nombre et totalisent 105 âmes en 1698 et 302 en 1739. C'est un des rares hommes de sa condition à se consacrer uniquement à sa seigneurie et à la développer d'une façon rapide. Deschamps de La Bouteillerie épouse, le 24 octobre 1672, Catherine-Gertrude, fille de Nicolas Macard et de Marguerite Couillard. Six enfants naissent de cette union dont Charles-Joseph (1674-1726), qui se fera prêtre et deviendra chanoine de la cathédrale de Québec, et Henri-Louis, sieur de Boishébert, héritier du fief. Après le décès de sa première femme en 1681, Deschamps de La Bouteillerie se remarie, en avril 1701, avec Jeanne-Marguerite Le Chevalier, veuve de Robert Lévesque, un de ses premiers censitaires. Il est inhumé le 16 décembre 1703 sous son banc seigneurial. (Voisine, Nive, "Dictionnaire biographique du Canada", vol. 2)
Deschamps, Marguerite (1617-1692) Fille de Méry Deschamps et de Renée Regnegny, elle naît au village de Chagnolet, commune de Dompierre-sur-Mer en 1617. Elle épouse Jacques Poupeau en 1640 en l'église Saint-Barthélemy de La Rochelle. Elle arrive en Nouvelle-France avec son mari vers 1649. En secondes noces, elle épouse Jacques Poupin en 1656 à Québec. Elle semble décéder après 1692. (Grondin, Stéphanie, 1998 ; Fournier, Marcel, 2001)
Descomps, Pierre dit Labadie (1705-?) Fils de Jean Descomps et de Marie-Anne Courrapied, il naît à La Rochelle en 1705. Il est baptisé dans l'église Saint-Nicolas. Il arrive en Nouvelle-France en 1725 en tant que compagnon menuisier. Il épouse en 1727 Marie-Angélique Laselle. (Fournier, Marcel, 2001)
Desery, Charles (1669-?) Il est baptisé dans la paroisse Notre-Dame de Beaumont en 1669. Il est soldat des troupes de la marine dans la Compagnie de Chassaigne. Il se marie en 1705 avec Françoise Lorrain. (Fournier, Marcel, 2001)
Desnoux, Pierre (1688-?) Baptisé dans l'église Saint-Martin de Salles, il arrive en Nouvelle-France en 1728, il est chirurgien. Il se marie en 1728 avec Marie-Josèphe Mailloux. (Fournier, Marcel, 2001)
Desorcy (Desorcis), Michel (1656-?) Fils de Michel Desorcis, commis de François Perron, et de Françoise de la Barre, il naît à La Rochelle en 1656. En 1657, son père embarque sur le navire "Le Taureau" pour gérer les affaires de François Perron, son fils Michel semble l'accompagner. La famille semble fixée à Québec vers 1661 et en 1687, Michel épouse Françoise Garnier. (Auger, R.J., 1970 ; Fournier, Marcel, 2001)
Despeignes, Gabriel (?-1719) Il se déclare de la paroisse de Notre-Dame à Lusignan. Il est mentionné pour la première fois en 1719 à Trois-Rivières. Il est militaire sergent. Il décède en 1719 à Trois-Rivières. (Larin, Robert, 1994)
Desrosiers, Antoine En 1650, il reçoit la concession d'un emplacement à Trois-Rivières. C'est sur cet emplacement où est construite plus tard la maison de Gannes. ( Ricard et Lamothe, 1990)
Dessureaux, François (1633-1688) Fils de Jean et d'Anne Poraux, François est originaire de Saint-Pantaléon en Bourgogne. Il épouse en 1672 Marie Bouard, veuve de Jacques Antrade. François est magasinier, commis et comptable de Laurent Lefebvre qui possède un comptoir de traite sur la rive sud de la rivière Batiscan. Il meurt le 20 mars 1688 à Batiscan. (Site : Association des Dessureault d'Amérique)
Dion (Guion), Jacques (1649-1715) Fils de René et de Gabrielle Rougier, il voit le jour vers 1649 à Marans. Il s'engage à La Rochelle en 1669 et part pour la Nouvelle-France. Il épouse Jeanne Lecointe dit Renard en 1672 à Québec. le couple a trois enfants. Jacques décède en 1715 à L'Ancienne-Lorette. (Raguy, Fabien, 1997 ; Cournoyer, Jean, 2001 ; fichier Origine)
Dionne, Antoine (1660 vers - 1721) Antoine Dionne épouse Catherine Ivory en France vers 1660. Trois années plus tard, le couple s'installe à l'Île d'Orléans. Antoine Dionne est le père de Jean Dionne, ancêtre des Dionne d'Amérique. Antoine Dionne décède en 1721 et son épouse, après 1709. (Centre de généalogie francophone d'Amérique)
Dionne, Jean Fils d'Antoine Dionne et de Catherine Ivory, il voit le jour à l'Île d'Orléans, et se marie avec Marie-Charlotte Mignault en 1694. Le couple s'établit à l'Île d'Orléans puis à Kamouraska. (Source: Centre de généalogie francophone d'Amérique)
a | b | c | d | e | f | g | h | i | j | k | l | m | n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z